Fany Chanu a intégré l’INSEEC Business School en passant le concours Evolution en 2015. Elle raconte sa 1re année à l’INSEEC : le concours, le cursus, la vie étudiante, la vie associative…

Quel(s) souvenir(s) gardes-tu des épreuves d’admissions ?

Le réveil, une torture car le rendez-vous à 07h30 !

Très bon souvenir, j’ai bien vécu le concours ! Les épreuves orales que que j’appréhendais le plus se sont très bien passées. J’étais en présence de candidats qui révisaient encore et j’avais envie de leur dire une seule chose : arrête il est trop tard pour ça.

Il y avait une agréable ambiance tout au long de la journée, avec un bon accueil des équipes et surtout des étudiants accompagnateurs. Etre avec tous les autres candidats permet même de créer des liens avant d’intégrer l’école ; j’ai passé la journée avec 3 candidats dont 2 qui sont comme moi entrés à l’INSEEC Business School par§s avoir réussi le concours. Pour d’autres, le simple fait d’avoir passé cette journée sur le campus peut aider à la décision !

Pourquoi l’INSEEC Business School ?

Au départ, j’avais deux écoles en tête.
Je pense qu’il est très important de savoir dans quelle(s) école(s) on veut aller ; en se renseignant sur les programmes proposés, les parcours possibles en adéquation avec son projet professionnel. Et ne pas partir dans avec l’idée de tenter 10 écoles et choisir par défaut celle dans laquelle on serait accepté.

Il n’y a pas de miracle ; un concours ça se prépare. Cela nécessite d’avoir pris le temps au préalable de se poser les bonnes questions, avoir une idée de son projet professionnel. Même celui-ci  n’est pas définit de A à Z il faut à minima avoir une idée du domaine dans lequel on souhaiterait évoluer et voir comment les écoles sélectionnées peuvent nous accompagner dans ce projet.

A noter également que j’avais déjà entendu parler de l’école durant mon BTS. En effet, nous avions eu une présentation des programmes pédagogiques par une personne chargée des admissions accompagnée et d’une étudiante qui est actuellement en 2e année. J’avais également, dans mon entourage, des amis d’amis qui étaient étudiants à l’INSEEC Business School, je me suis alors davantage renseignée et ai fait le choix d’intégrer l’école.

Ce que l’on peut lire sur une plaquette c’est bien mais avoir sa propre opinion via les étudiants que l’on rencontre, les journées portes ouvertes, ça fait la différence.

Que retiens-tu de cette 1re année à l’INSEEC Business School ?

Un début de semestre plutôt studieux, pour nous permettre de découvrir les matières. Un rappel de tout ce que j’avais déjà vu en BTS, une continuité logique de ma formation. J’avais déjà les bases, le premier semestre de la 1re année à l’INSEEC a permis de valider et de renforcer mes acquis. Cela s’est intensifié avec les nombreux travaux de groupe en fin de semestre.

J’ai décidé de continuer mon parcours en cycle initial, pour profiter encore mieux des prestations proposées par l’école, comme par exemple la possibilité d’effectuer un stage de 4 mois à l’étranger en fin d’année, mais aussi de pouvoir m’investir toujours plus au sein de mon association Com’in, maintenant que je suis responsable d’un pôle !
En deuxième année, nous devons faire le choix de plusieurs mineures qui nous permettent d’appréhender la majeure que nous choisirons en dernière année. Attirée par le métier de chef de projet événementiel, c’est tout naturellement que mon choix principal se porte sur la mineure « Culture de la communication ». Pour ce qui est des autres mineures, je suis encore en phase de réflexion.
Je pense effectuer la troisième et dernière en alternance, pour mettre à profit l’ensemble des connaissances acquises durant mon parcours à l’INSEEC Business School. J’ai plusieurs idées de majeures : « Communication et stratégie digitale », « Communication et médias interactifs » ou encore « Tourism and hospitality management », toutes en lien avec mon projet professionnel. L’année prochaine sera décisive pour mon choix final.

Aussi, le fait d’avoir cours sur un seul campus (contrairement à certaines autres écoles où il y a différents établissements) est très pratique. Cela favorise les échanges entre étudiants et permet de créer son réseau notamment avec la vie associative.

Justement parlons-en de la vie associative ! Pourquoi as-tu intégré l’association Com’In ?

Alors, pour la petite histoire Com’In n’était pas mon 1er choix, j’ai passé des entretiens dans 4 ou 5 associations avant de revoir ma position. Après en avoir discuté avec le responsable des associations, j’ai décidé d’intégrer Com’In et je ne le regrette absolument pas ! Faire partie d’une association c’est vraiment faire partie d’une famille !

Etre ambassadeur via mon association, c’est représenter l’école, promouvoir ses valeurs. C’est aussi être à l’écoute des futurs étudiants sur les salons, forums et conférence au sein des écoles en se mettant à leur place à la même époque. Nous sommes essentiellement là pour échanger avec eux et les accompagner dans leurs choix avec un vrai rôle de conseil.

Par exemple, pour ceux qui sont intéressés par un parcours à l’étranger, c’est leur indiquer qu’ils ont la possibilité de réaliser un semestre à l’international dès la 1re année à l’INSEEC, qu’il y a des cours dispensés en anglais, qu’il est possible de suivre certaines majeurs sur un campus INSEEC à l’étranger…

Et personnellement ? Etre ambassadeur INSEEC t’apporte quelle expérience, quelles compétences ?

Le fait d’être ambassadeur c’est une prise de responsabilité. Je me sens investie d’une véritable mission d’accompagnement, j’ai pris de plus en plus confiance en moi et j’ai gagné en maturité. J’ai acquis de nouvelles compétences en communication et relations humaines. Les échanges que j’ai avec mes interlocuteurs ont également permis de peaufiner mon projet et me fixer de nouveaux objectifs.

Aujourd’hui, Fany continue d’évoluer au sein de l’école et fait partie du nouveau bureau de l’association Com’In au pôle Logistique. De nature organisée, le pôle logistique est en totale adéquation avec ce que je suis. Être responsable de ce pôle est un véritable challenge pour moi. En effet, c’est un nouveau pôle qui s’inscrit dans l’association. Dans les années antécédentes, le pôle logistique a déjà existé mais sans grand succès. Je veux prouver que ce pôle est nécessaire pour une association telle que Com’In.

Commentaires

commentaires