Lors de chaque rentrée, deux étudiants sont particulièrement attendus non seulement par leurs camarades mais également par l’administration de l’école : ce sont les nouveaux présidents des Bureaux Des Elèves des campus de Bordeaux et de Paris.
A la veille d’une nouvelle année riche en événements, apprenons à les connaitre et à mieux comprendre leurs responsabilités !

 

  • Bonjour à tous les deux ! Tout d’abord, pourriez-vous vous présenter ?

Himaya Djebouri, Président du BDE sur le campus Bordeaux : J’ai intégré l’INSEEC après deux ans de classe préparatoire ECS à Valence. C’est d’ailleurs ici que j’ai découvert le monde associatif en étant co-président du bureau des étudiants de la prépa.

Edouard Fayol, Président du BDE sur le campus Paris : J’ai également intégré l’INSEEC après deux ans de prépa ECE au lycée Courbet à Belfort.

 

  • Etre président de BDE, c’était pour vous : un rêve ? Un objectif ? Un fantasme ?

E. F. : A l’origine, la présidence ne m’intéressait pas. C’est au fur et à mesure de l’année que j’ai pris conscience que ce poste pouvait être important et devenir un défi pour moi. Je dirais donc un rêve puis un objectif pour devenir réalité !

H. D. : Aucun des trois ! C’était un rêve en arrivant en prépa mais, après mon expérience de co-président, ce n’était plus un objectif. Cependant, au fil de la campagne, les membres de l’équipe m’ont poussé à prendre cette responsabilité et je les remercie car je m’éclate !

 

 

 

image1

 

 

  • Pourriez-vous nous présenter vos deux principaux projets de l’année ?

H. D. : Notre principal projet est d’encourager le travail inter-associatif non seulement au sein de l’école mais également à l’extérieur. Nous engageons par exemple des démarches auprès des BDE des autres écoles du Groupe INSEEC afin de développer des projets de grande envergure.
Mais je ne souhaite pas donner davantage de détails : nous préférons garder la surprise pour les étudiants…

E. F. : Le premier grand projet réalisé fut la privatisation du parc Astérix pour accueillir les nouveaux étudiants à l’occasion de la journée d’intégration. Entre les attractions, les différents prestataires, la soirée, et la volonté de satisfaire tout le monde, ce fut un travail acharné pour mon équipe et moi-même.
Le deuxième grand projet que nous avons, est la collecte de sang de tous les élèves à l’hôpital Saint Louis. Nous nous considérons également comme une association de prévention et ce projet, loin du cliché des soirées BDE, nous tient particulièrement à cœur.

 

  • Président de BDE, c’est également manager près de 40 personnes : ça fait quoi ?

E. F. : Pour être tout à fait honnête, ça fait peur au départ : on doute, on se remet en question.
Puis, petit à petit, on commence à réellement connaître ses camarades et son équipe. J’ai davantage l’impression de gérer une équipe plutôt que 40 personnes.

H. D. : C’est une expérience absolument extraordinaire ! Il y a bien évidemment des moments difficiles, durant lesquels il faut savoir se remettre en question mais cela permet d’apprendre beaucoup sur soi et sur les autres, notamment sur les relations amico-professionnelles.

 

  • Vous arrive-t-il de ne pas dormir à cause d’un projet ?

H. D. : Absolument ! Pendant les campagnes BDE, en fin de première année, et à la rentrée, pour l’intégration.

E. F. : « Dormir » ?!

 

  • Pourriez-vous nous donner quelques qualités indispensables pour ce rôle ?

E. F. : Il me semble que le plus important est la volonté. Il faut également faire preuve d’une grande capacité de travail, et d’un grain de folie.

H. D. : J’ignore si je suis un bon président de BDE moi-même… ! Une chose est certaine : il faut se montrer extrêmement investi, à l’aise lors des prises de parole en public et surtout, être à l’écoute de son équipe.

 

  • Auriez-vous un conseil à donner à votre futur successeur pour la campagne BDE ?

H. D. : Bon courage ! C’est une expérience incroyable mais il faut garder la tête sur les épaules !

E. F. : Prévoir beaucoup de pastilles pour la gorge !

 
Nous remercions Himaya et Edouard pour leur temps et attendons avec impatience la rentrée prochaine pour une nouvelle interview croisée… à trois, avec le président du premier BDE du campus Lyon !

 

 

Commentaires

commentaires