Lorsqu’il entre à l’INSEEC Business School, Kezie a deux objectifs professionnels : occuper une fonction dans la finance ; travailler dans le secteur de la mode et du luxe. Aujourd’hui diplômé, c’est mission accomplie, Kezie est aujourd’hui assistant du General manager Goyard Americas à New-York, capitale mondiale de la mode. Il assiste au quotidien le General manager et endosse plusieurs fonctions : il est à la fois contrôleur de gestion, acheteur et visual merchandiser ; au siège de Goyard Americas mais aussi sur le terrain.

Le Saviez-vous

A l’INSEEC Business School, les étudiants peuvent effectuer une année académique à l’étranger et obtenir conjointement à leur diplôme INSEEC un diplôme de l’université d’accueil au niveau MSc ou MBA.Etudier à l’étranger permet de découvrir d’autres modes d’enseignement, d’autres savoirs et expériences, d’autres cultures d’entreprise.Véritable atout sur le marché du travail, le double-diplôme élargit les perspectives de carrière internationale : souvent facteur mobilité, il ouvre un plus grands nombres d’opportunités en France comme à l’étranger.

Après un bac+3 en économie et mathématiques appliquées, Kezie intègre l’INSEEC Business School via le concours Évolution 2. Dès son entrée à la Grande école, il saisit toutes les opportunités de l’INSEEC pour acquérir des expériences en finance et dans le secteur du luxe.

Un parcours en finance et dans le luxe réussi

« J’ai choisi la majeure Corporate finance qui était dans la lignée de ma licence et je me suis rapidement investi dans l’association INSEEC Finance. Pour la pratique, direction le Sénégal au sein de la direction financière d’une agence gouvernementale. Une expérience enrichissante autant professionnellement que culturellement. » explique Kezie.

Et le luxe ? Un stage chez Ralph Lauren en M1, une année de césure chez Lanvin au poste d’assistant contrôleur financier, et un stage de fin d’études au sein de Goyard Americas.

Le plus de Kezie : un double diplôme à Chicago qui lui a permis de comprendre la culture américaine et de devenir bilingue.

Commentaires

commentaires