A la découverte du parcours atypique de Samy Hiri, étudiant à l’INSEEC SBE et jeune arbitre de football fédéral

1. Pourriez-vous vous présenter brièvement ? Votre parcours à l’INSEEC ?

Je m’appelle Samy HIRI, j’ai 21 ans, je suis étudiant en Finance d’Entreprise au sein de l’INSEEC, campus de Bordeaux et je suis jeune arbitre de football fédéral depuis janvier 2013. J’office aujourd’hui sur des rencontres de U19 National et Régional 1 en sénior.
J’ai intégré l’INSEEC School of Business & Economics en septembre 2019, dans le cadre d’un parcours en alternance pour une durée de deux ans.

2. Pourriez-vous nous en dire plus sur votre passion ?

Les gens ne comprennent pas comment on peut aimer occuper un telle fonction.
Me concernant, rien ne me prédestinait à devenir arbitre, mais c’est grâce à un très bon ami et à son grand frère que je remercie énormément pour leur aide et leurs conseils.
En effet ceux-ci ont commencé à arbitrer quelques années avant moi, je ne comprenais pas quel intérêt ils trouvaient à se déplacer tous les week-end pour arbitrer. J’ai donc essayé en tant qu’arbitre bénévole dans mon club et cela m’a énormément plu.

Ce que j’aime le plus dans cette fonction c’est être au cœur du jeu, les gens ne se rendent pas compte à quel point un arbitre vit un match, chaque évènement, chaque occasion, chaque but, chaque faute est vécu de l’intérieur comme si vous étiez le maître d’orchestre.
C’est d’ailleurs l’une des fonctions du maitre d’orchestre que de prendre des décisions et c’est le second point qui vient conforter mon propos, en effet, un arbitre se doit de prendre des décisions tout au long du match et c’est précisément cela qui me plaît. Etre toujours à la recherche de la bonne décision, au bon moment.

3. Par rapport à cette passion, qu’est-ce qui vous a amené à choisir l’INSEEC ?

L’INSEEC est une école de commerce réputée au niveau national ce qui demande rigueur et implication, c’est exactement ce que demande la fonction d’arbitre, être rigoureux et impliqué et c’est là que je me reconnais dans cette école.

4. Pensez-vous que l’on puisse jumeler « passion » et « école de commerce » ?

C’est une question qui revient souvent dans mon entourage, en effet être occupé toute la semaine par les cours ou par la vie en entreprise dans mon cas ainsi que tous les Week-end par les matchs à arbitrer n’est pas quelque chose d’évident. Néanmoins, il est tout à fait possible d’allier les deux si un minimum d’organisation est mis en place. Je ne vois pas cela comme un inconvénient mais au contraire comme un atout de pouvoir : exercer ma passion tout en continuant ma formation dans une grande école de Management.

5. Pourriez-vous nous en dire plus sur votre vie au sein de l’école ?

Mon intégration au sein de l’école s’est très bien passée, mes camarades de classes ont su être très accueillants et il faut dire que les étudiants de cette école sont très sociables, ce qui renforce l’esprit de camaraderie.

6. Un dernier mot ?

Je remercie l’INSEEC, de m’avoir donnée l’occasion de m’exprimer. J’espère avoir éveillé chez vous un intérêt pour cette fonction. quoiqu’il en soit si vous hésitez à vous lancer, je ne peux que vous conseiller de vous lancer, essayez ne serait-ce qu’un match dans le club le plus proche de chez vous, de cette manière vous n’aurez pas de regrets.

Commentaires

commentaires